Elsa Aubert, Comédienne-Réalisatrice

portrait-elsa

Je suis une artiste purement lyonnaise ! Formée initialement aux sciences à la Doua Villeurbanne (Biologie, Chimie) je me tourne vers les arts de la scène en 2006 et suis une
formation professionnelle durant 3 ans au TDMI (Théâtre, Danse, Musique, Image). Cette
formation est dirigée par Marie Zigherra.
Cette formation pluridisciplinaire située au centre d’échange de Perrache me fait
découvrir le travail de la création professionnelle décloisonnée : apprendre à mêler les arts, les expressions, afin de donner sens à un propos… Etant plus orientée « théâtre » à mon entrée au TDMI j’apprends à réaliser un film avec Yves Bourget, et j’expérimente le travail chorégraphique (Fred Vershoore, Marcelo Sepulveda, Lila Nett, Marie Zigherra, Fred Lesalle).
Cette pluridisciplinarité ne me quitte jamais. Je travaille dans le milieu audiovisuel, en
réalisant des vidéos institutionnelles, en assurant le rôle de scripte, ou première assistante. Je continue l’interprétation de rôles (pour la pièce « Certaines Sont Innocentes» du Collectif Les Divers Gens, dont je suis une des membres fondatrices, de 2009 à 2012, pour des projets cinéma, ou d’autres compagnies).
En 2013, je regroupe (presque) toutes mes compétences dans un projet mêlant arts,
pédagogie, création, formation et médiation : nait la Compagnie La Rouquine. Véritable lieu d’exercice, d’expérimentation artistique et pédagogique, je prends les fonctions de directrice et chargée de projet.

Je crée « Permis de Planter », solo burlesque sur fond de botanique. Je réalise alors que
je peux relier mes premiers amours scientifiques à ma démarche artistique. Je suis bien, je continue. En 2016, je repousse mes propres limites et mets en scènes deux spectacles jeune public. « À la recherche de Noé » est un nouveau solo interprété par une comédienne qui accepte avec bienveillance le remaniement de son travail.
« Sur les Traces » est un projet très ambitieux mêlant jeu d’acteur, musique, odeurs et
chaussures sur le plateau… J’y apporte un regard sur notre rapport aux autres, et le
souvenir qu’il en reste, ce qu’on transmet. Participer au Murmure des statues m’a tout de suite enthousiasmé. Malgré tous ces projets, en plus de la vie de famille (j’ai deux enfants de moins de 5 ans), je me garde quelques bulles de temps suspendues afin de donner voix à une statue de Lyon.
Je tourne, cette envie de vous donner de la poésie à entendre, 7 fois dans ma bouche et je raconte …

Découvrez sa compagnie :

http://www.larouquine.fr/

https://www.facebook.com/CompagnieLaRouquine/?fref=ts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *